You need to enable your cookies to buy on this website.

Connexion
Inscription

Pourquoi construire en bois

La construction en bois connaît un véritable essor au Québec et ailleurs dans le monde. Le développement de nouveaux produits performants, de nouveaux procédés et de nouveaux systèmes novateurs ont contribué à l’utilisation accrue de ce matériau dans la construction commerciale, institutionnelle, industrielle et multirésidentielle.

Statistiques

Une solution plus écologique

Les nombreuses caractéristiques environnementales du bois en font un allié de taille dans la lutte contre les changements climatiques. Son utilisation dans la construction de bâtiments, un secteur qui génère énormément de gaz à effet de serre, s’avère ainsi une solution sensée appuyée par de nombreuses recherches et groupes environnementaux. Un des aspects les plus positifs du bois est le fait qu’il s’agit d’une ressource renouvelable et exploitée de manière durable au Québec.

  • Le bois : le seul matériau issu d'une ressource renouvelable

    Le bois est le seul matériau issu d’une ressource renouvelable et gérée de manière durable : les arbres. Contrairement à d’autres matériaux qui sont issus de ressources non renouvelables, le bois provient de nos forêts. Les forêts québécoises sont parmi les mieux gérées au monde et se régénèrent naturellement. Le bois s’avère donc un choix écoresponsable et durable.

  • Un matériau produit et récolté localement

    En utilisant les produits du bois dans la construction, on encourage l’économie régionale. En effet, en plus d’être issu de nos forêts, le bois est également transformé localement. Au Québec, l’industrie des produits du bois compte 893 usines employant près de 37 200 travailleurs en aménagement forestier ainsi qu’en transformation du bois. En tout, près de 135 municipalités vivent de cette industrie.

  • Un matériau qui séquestre le carbone

    Le bois est l’un des seuls matériaux de construction à emmagasiner du carbone, et ce, durant toute la durée de vie du bâtiment. Ceci permet de retarder les émissions de carbone des arbres en fin de vie dans l’atmosphère. En général, on estime que 1 m3 de bois permet de séquestrer 1 tonne de CO2.

  • Un matériau peu émetteur de GES

    En comparant les émissions de GES entre les trois matériaux de construction les plus utilisés, soit le bois, le béton et l’acier, et ce, tout au long du cycle de vie de ces derniers, la transformation du bois se positionne comme étant le moins émetteur, et de loin.

Flexible et polyvalent

Au Québec, selon une étude réalisée par FPInnovations, plus de 80 % des bâtiments commerciaux, industriels ou institutionnels pourraient être conçus avec une structure en bois tout en respectant le code de construction en vigueur. Les différents produits et systèmes constructifs disponibles permettent de construire l’ensemble des catégories de bâtiment, allant du plus petit commerce au plus grand stade, et ce, en conformité avec le Code national du bâtiment et le Code de sécurité incendie. Le Code permet également d’aller au-delà des limites prescrites en proposant des concepts novateurs.

Outre leur polyvalence, les structures en bois offrent également une plus grande légèreté et une grande résistance aux séismes en plus de permettre d’atteindre de grandes portées et de grandes hauteurs.

  • Le bois, le poids plume des matériaux de construction

    Les systèmes constructifs en bois offrent d’excellentes performances structurales tout en étant plus légers que ceux en acier ou en béton. Ceci peut s’avérer déterminant dans certains projets, notamment ceux nécessitant l’ajout d’un étage sur un bâtiment déjà existant, ou encore, ceux réalisés sur des terrains offrant une faible capacité portante.

  • Un matériau permettant d’atteindre de grande portée

    Les systèmes structuraux en bois sont très performants, permettant de concevoir des bâtiments d’envergures impressionnantes. En témoignent ces quelques exemples qui illustrent bien la capacité du bois d’atteindre de grandes portées et de grandes hauteurs. Les arches ou les résilles en bois lamellé-collé sont particulièrement intéressantes pour les bâtiments sportifs : leur forme courbée permet en effet d’obtenir un dégagement maximal au centre de l’aire de jeu, un critère important pour plusieurs sports, tout en offrant d’importantes portées libres. Dans le cas du Stade Odate Jukai Dome, au Japon, la forme de dôme conçue avec une structure résille en bois lamellé-collé permet de libérer un volume de 52 m  au centre du stade.

Différents produits pour différents besoins

La construction en bois se décline en différents produits et systèmes structuraux adaptés à différents besoins. Pour en savoir davantage, consultez les sections Produits et Systèmes structuraux en bois dans l’onglet Informations sur le bois.

Économique et rentable

Si on regarde uniquement la colonne des coûts des matériaux de la structure, le bois peut parfois s’avérer être plus cher que les autres matériaux de construction. Cependant, les avantages connexes d’une structure en bois sont considérables :

Cela rend l’option du bois particulièrement intéressante économiquement d’un point de vue global. De plus, la construction à ossature légère en bois est l’une des plus économiques qui soient.

En savoir plus

Esthétique et confortable

  • Un matériau biophilique

    Lorsqu’on pense au bois, on pense à son caractère chaleureux. Ce ressenti ne relève plus du mythe : plusieurs études et recherches menées par des scientifiques à travers le monde permettent aujourd’hui de prouver les bienfaits du bois sur le bien-être. Leurs conclusions vont toutes dans la même direction, et ce, peu importe leur culture ou leur lieu géographique.

    Ce phénomène selon lequel le bois génère un sentiment de bien-être porte d’ailleurs un nom : la biophilie. Formée à partir de la racine grecque « bio » (vie) et du suffixe « phile » (qui aime), la biophilie est donc le fait d’aimer le vivant. En architecture, il désigne une conception qui se rapproche ou qui imite les conditions d’un environnement naturel.

    École primaire Sans-Frontières. Photo : Stéphane Brügger

     

  • Un excellent confort acoustique

    Le bois et l’acoustique sont souvent associés en musique, où il est depuis longtemps utilisé pour fabriquer des instruments. Ce n’est pas pour rien que l’on retrouve également beaucoup de parements en bois dans les salles de spectacles ou de concert.Utilisé en structure, le bois permet également d’atténuer la transmission du son dans les bâtiments, offrant ainsi un excellent confort acoustique. En effet, les assemblages de planchers avec solives de bois peuvent atteindre, voire surpasser les indicateurs de transmission du son aérien (ITS) et de transmission du son à l’impact (IIC) selon la configuration et le choix des matériaux. Un ITS et un IIC élevés assurent une isolation supérieure contre le bruit aérien et les bruits d’impact.

    Maison symphonique de Montréal. Photo : Tom Arban

  • Un meilleur confort thermique

    L’utilisation d’un système constructif en bois contribue au confort thermique des usagers par ses excellentes propriétés isolantes qui contribuent à réduire les ponts thermiques. Ceci s’explique par la structure cellulaire du bois, qui contient une grande quantité de cavités remplies d’air. Si plusieurs facteurs peuvent influencer l’isolation thermique du bois, comme sa densité, sa teneur en humidité et ses caractéristiques naturelles (comme les nœuds, par exemple), en règle générale, on attribue une résistance thermique de 0,3 RSI pour 25 mm de bois (1,5 R/pouce). Cette résistance du bois à la déperdition de la chaleur est 500 fois meilleure que celle de l’acier et sept fois meilleure que le béton.

Durable

Le bois, un matériau durable qui traverse le temps

La durabilité des bâtiments en bois a depuis longtemps été démontrée. En effet, nombreux sont les bâtiments en bois qui ont su perdurer plusieurs centaines d’années.

Le matériau bois n’a donc rien à envier en termes de durabilité aux autres matériaux de construction sur le marché. Un bâtiment bien conçu et bien entretenu sera durable, peu importe le matériau utilisé. D’ailleurs, selon une étude commandée par Cecobois et réalisée en 2011 par la firme KSH, les deux tiers des bâtiments démolis à Montréal et à Québec le sont avant l’âge de 50 ans, peu importe le matériau de structure utilisé. Contrairement à ce que l’on croit, ce sont plutôt pour des raisons de changement de zonage, de changement de fonction ou simplement à la suite de l’abandon du bâtiment.

Résistant au feu

Le bois, un matériau sécuritaire

Les bâtiments en bois sont tout aussi sécuritaires que ceux en acier ou en béton en cas d’incendie. En effet, ceux-ci répondent, voire surpassent les exigences les plus strictes en matière de résistance au feu.

La construction en bois doit se conformer à un degré de résistance au feu de 45, 60, 90 ou 120 minutes afin de contenir l’incendie dans la pièce d’où il provient, d’en empêcher la propagation et ainsi de permettre l’évacuation des occupants et l’intervention des pompiers.

Une récente étude révèle d’ailleurs que le choix d’un matériau de construction n’a aucune incidence sur le niveau de sécurité en cas d’incendie. En fait, c’est plutôt la présence de gicleurs et de détecteurs de fumée qui joue un rôle déterminant et permet d’offrir une protection efficace. Les chercheurs notent qu’il n’y a même aucune différence entre les constructions en bois et celles en béton en ce qui a trait au taux d’incident et à la sécurité des occupants.

En savoir plus